12 mois, 12 défis, premier bilan

bilan-challenge-2015
1 Flares 1 Flares ×

Nous y voilà, le premier trimestre de l’année 2015 s’est déjà écoulé. Comme le temps passe vite… En janvier, j’avais décidé de pimenter mon année en me lançant de petits défis.

Pour rappel, l’objectif était d’abord de booster mon énergie. En février, je décidais de cultiver ma gratitude. Et en mars, j’arrêtais de râler. Un vaste programme ! Et comme promis, je vous fais part aujourd’hui de mes ressentis sur la façon dont j’ai vécu ces trois premiers challenges.

En janvier, je booste mon énergie

fit-healthyÊtre heureux, c’est être bien dans sa tête mais aussi dans son corps. Et en janvier, je ne me sentais pas particulièrement légère. Comme un besoin de purifier un peu mon organisme…

D’autant plus que j’avais remarqué être souvent victime de petits coups de mou dans la journée. Je n’irai pas jusqu’à de la fatigue chronique, mais je sais que mon manque de concentration par exemple est souvent la conséquence d’un manque d’énergie.

C’est pourquoi il me semblait crucial de reprendre quelques bonnes habitudes pour refaire le plein de nouvelles énergies.

Mon bilan, c’est que chacun des éléments de mon petit programme sont bien intégrés  aujourd’hui à mon quotidien. Mais je ne peux pas dire pour autant que je me sente en meilleure forme. Je me sens bien, mais pas non plus débordante d’énergie.

Je crois que mon corps a surtout besoin de se débarrasser des toxines qu’il a emmagasiné au fil des mois. Je crois que mon corps réclame un peu de repos en cette nouvelle saison qu’est le printemps. J’ai envie de tester de nouvelles choses, de me débarrasser de certaines dépendances alimentaires. Je reviendrai vous en parler sur le blog très prochainement.

En février, je cultive la gratitude

gratitude

Cultiver la gratitude m’a permis de m’émerveiller plus souvent de petites choses du quotidien qui passaient souvent inaperçues et pourtant si jolies.

Arriver à s’émerveiller de l’ordinaire, ça paraît tellement bête mais c’est si agréable ! Par exemple, s’émouvoir d’une mouette qui virevolte dans les airs, un coucher de soleil, un oiseau qui chante, un bon repas…

Depuis le 1er février, je me suis donc astreinte à écrire tous les soirs mes 3 kifs de la journée sur mon petit carnet de gratitude. C’est devenu une habitude avant d’aller me coucher. Un petit temps de réflexion rien qu’à moi, où je passe ma journée en revue et écrit ce qui m’a fait me sentir bien.

Il y a eu des jours difficiles. Surtout au début. Parfois, j’avais beau passer et repasser ma journée en boucle, impossible de trouver la moindre chose pour laquelle j’étais reconnaissante. Ça, c’était dans les vrais mauvais jours. Puis petit à petit, j’ai commencé à apporter plus d’attention aux choses simples qui me donnaient de la joie, et c’était tellement bon. J’ai même eu des moments où être reconnaissante me donnait de vraies bouffées de bonheur. Une sorte d’extase de bonheur qui durait quelques minutes !! Oui oui, je vous assure !

Par exemple, un matin, pendant que je faisais mon footing, je me suis mise à penser de façon totalement soudaine que j’avais énormément de chance d’avoir des jambes pour courir, des poumons en bonne santé pour respirer et une énergie qui me permettait d’aller faire mon footing. Ça peut paraître niais raconté comme ça, mais le sentiment de se dire « je cours, je suis en bonne santé », avoir cette prise de conscience et me dire « merci pour ça« , c’était merveilleux !!

J’adore vraiment avoir ce petit rituel désormais ancré dans mon quotidien. Ecrire mes mes 3 kifs du jour….

J’ai encore beaucoup à apprendre sur la gratitude, mais j’y travaille. J’ai compris que la gratitude c’est prendre conscience de l’instant présent. Et c’est aussi ça le bonheur. Vivre le moment présent, ici et maintenant, en appréciant toutes ces choses que l’on a la chance d’avoir plutôt que de penser à hier ou demain, et à ces choses que nous ne possédons plus ou pas encore.

Il y a toujours au moins une chose pour laquelle nous pouvons exprimer notre gratitude chaque jour.

En mars, j’arrête de râler

je_ne_rale_pas_je_m_exprime

Là, les choses se compliquent. Quand j’ai annoncé à mon entourage que j’arrêtais de râler, la réaction quasi générale a été « Ah bon mais pourquoi ? c’est bon pour la santé de râler !« . Et moi tant bien que mal essayant d’expliquer qu’arrêter de râler n’était pas une fin en soi mais plutôt une façon de ne plus se focaliser sur mes problèmes, et de m’exercer à diriger mon attention au quotidien sur des choses positives au lieu d’essayer de contrôler des choses que je ne peux souvent pas contrôler.

Donner moi la force de supporter ce qui ne peut être changé, le courage de changer ce qui peut l’être, et la sagesse de savoir distinguer l’un de l’autre. Marc-Aurèle.

Première semaine, j’ai plutôt pris le parti de rester comme j’étais en portant attention aux moments où je râlais pour identifier les causes de ces râleries et les émotions que cela faisaient émerger en moi. Je sais maintenant que les contextes où je râle le plus sont dans ma voiture et au boulot.

Dans la voiture, je râle lorsqu’on me coupe la route ou par manque de courtoisie au volant. Et parce que râler est tout simplement le reflet d’un besoin qui n’est pas comblé, râler en voiture est une façon pour moi d’exprimer mon besoin de sécurité (au volant) et mon besoin de respect (manque de civilité des autres conducteurs).

Au boulot, je râle souvent quand on ne répond pas assez rapidement à un mail, quand je ne me sens pas assez écoutée, quand il y a trop de bruit autour de moi… Besoins identifiés : besoin de respect, mais surtout besoin de reconnaissance.

Jusqu’ici tout allait bien, j’avais identifié de façon concrète les sources de mes râleries. Équipée de mon petit bracelet au poignet comme suggéré dans la méthode « J’arrête de râler » de Christine Lewicki, je faisais virevolter mon bracelet d’un poignée à l’autre à chaque râlerie.

Chaque jour, je râlais, un tout petit peu, mais à chaque fois, en conscience, je me reprenais en me disant « attention tu vas râler, essaie de voir les choses différemment ». Et c’était très agréable car je prenais conscience que j’éduquais mon esprit à réagir de façon différente, en acceptant les émotions que je ressentais mais sans les exprimer tout haut. Et surtout j’arrivais à me dire « allez, laisse couler, rien ne sert de gaspiller ton énergie« , et c’était vraiment super !

Et puis il se trouve que mon mois de mars a été assez compliqué. Déménagement dans un nouvel appartement, de nouveaux repères à avoir, pas toujours facile, beaucoup beaucoup de stress au travail, et la fatigue qui s’est accumulée… Et bien mon challenge j’arrête de râler a été un véritable fiasco en cette fin de mois !! A la limite du burn out, j’ai lamentablement échoué !!

Avec un peu de recul, je me dis que j’ai quand même appris à prendre de la distance sur les circonstances qui me font râler. Et même si je n’arrive pas encore aujourd’hui à ne plus râler du tout, je continue de mener la bataille en continuant à avoir conscience de tout cela.

Et puis après tout, il aura fallu plusieurs mois à Christine Lewicki avant d’être capable de garder le bracelet sur le même poignet pendant 21 jours consécutifs. J’ai bon espoir de réussir, un jour.

Je crois aussi qu’il faut que je travaille davantage sur le lâcher-prise, mais ça c’est une autre histoire !

Le bonheur, quel sujet passionnant !

Voila pour ce premier petit bilan de début d’année. Le chemin du bien-être et du bonheur est vraiment une quête passionnante. J’apprends tous les jours un peu plus, j’expérimente, et ma soif d’approfondir ma connaissance de soi, de l’autre, des choses bénéfiques à notre bien-être ne s’étanche pas. Chaque porte que j’ouvre, me faire découvrir d’autres portes, et j’aimerais avoir tellement plus de temps pour approfondir tout ça, et venir en témoigner ici sur ce blog.

Ce mois-ci, HAPPYCULTURE ET VOUS fête sa première année.

you-make-me-super-happyEt je tenais à dire un grand grand MERCI à toutes les personnes qui me lisent, qui m’accompagnent et témoignent par leurs commentaires.

Un grand merci à toutes ces personnes qui m’entourent de paroles bienveillantes et m’encouragent dans ma quête du bonheur et du mieux-être.

Ce blog me permet avant tout de réfléchir à ce qui nous fait du bien et nous rend plus heureux, et vos retours m’apportent un très grand bonheur, je voulais que vous le sachiez. MERCI <3

Bien à vous.
Julie

4 Comments

  • Marine dit :

    Très beau résumé ! =) Même si tu n’arrives pas à tout faire jusqu’au bout et comme tu l’aimerais au moins tu essaies et comme tu dis tu t’entraînes à faire autrement, à prendre d’autres habitudes !

    Continue et bravo pour ton 1 an de blog ! =)

  • Isabelle dit :

    Je viens de découvrir ton blog et c’est un véritable coup de cœur ! Je suis totalement en phase. Moi aussi j’essaie de travailler sur la gratitude, et arrêter de râler. J’ai été assez assidue au début, puis le temps passant, un peu moins. Mais aujourd’hui, mais sans avoir réussi le challenge, j’ai réussi à identifier les zones de risques et à essayer de trouver des solutions, et quand je râle, une alerte se déclenche dans ma tête et je redresse vite la barre.

    • Julie dit :

      Merci Isabelle pour ce doux commentaire et ton retour d’expérience.Travailler sur soi nécessite vraiment un effort au quotidien. C’est difficile, cela demande de la rigueur mais on se rend vite compte que notre façon d’aborder les choses se transforment peu à peu, et ça fait du bien !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>