J’ai osé me lancer dans l’entrepreneuriat

jai-ose-entrepreneuriat-happyculture-et-vous
0 Flares 0 Flares ×

Je reprends aujourd’hui la plume sur le blog car ça fait bien trop longtemps que je n’y avais pas épanché mes pensées, pourtant il y a bien des choses que j’aurais voulu partager avec vous chers lecteurs.

Préparez-vous je vais vous raconter ma vie. Ceux qui n’aiment pas les billets d’humeur, passez votre chemin. En toute amitié bien sur 😉

Alors, voilà de nombreuses choses se sont passées ces derniers mois. Et 2018 sera désormais une année marquante dans le livre de ma vie. Parce qu’en 2018, j’ai osé. J’ai vraiment osé. J’ai osé sortir de ma zone de confort, j’ai osé prendre des risques, j’ai osé me lancer dans entrepreneuriat.

syndrome-imposteurÇa ne s’est pas fait en un jour. Le cheminement a pris de nombreux mois même. D’ailleurs il y a 3 ans en arrière, je n’aurais jamais songé une seconde à l’entrepreneuriat.

Je n’aurais pas imaginé avoir un jour le courage, la confiance, l’audace de quitter la vie confortable du salariat pour un avenir incertain.

J’enviais énormément les personnes pour qui l’entrepreneuriat était le moteur même de leur vie, convaincue que cette fibre, moi je ne l’avais pas. Ajouté à cela une bonne dose de syndrome de l’imposteur et une crise de légitimité. Bref, entre la vie d’entrepreneur et moi, il y avait un gouffre.

On dit qu’on sait ce qu’on quitte, mais on ne sait pas ce qui nous attend. Mais est-il raisonnable de rester immobile toute sa vie et prendre le risque de rater de vivre de belles choses juste parce qu’on a peur ?

Ça n’est pas ma vision de la vie. Au contraire, je sais que plus je sors de ma zone de confort, plus j’évolue et plus je me sens vivante.

Alors voilà, un jour, j’ai osé me lancer dans le monde merveilleux (ou pas) de l’entrepreneuriat.

Décider… puis oser… tout un cheminement

J’ai été salariée pendant près de 8 ans. Avec un poste dans le Marketing et la Communication pendant près de 7 ans dont je suis extrêmement reconnaissante car il m’a permis de construire la femme que je suis aujourd’hui. Je dois beaucoup à mon patron et les personnes qui m’ont entourées pendant ces 7 années.

On dit que l’un des leviers pour être heureux au travail est de nourrir des relations harmonieuses et positives avec les autres. Ce que je valide complètement.

Mais voilà, ces deux dernières années, je sentais que quelque chose n’allait plus. Difficile de mettre des mots dessus, mais quelque chose ne collait plus entre ce que je faisais et ce que je resse